Une énergie propre et illimitée

Un jour de soleil permettrait de couvrir un an de nos besoins énergétiques. Pourquoi s‘en priver ? Si l’intérêt de l’énergie solaire n’est plus à démontrer, son exploitation n’était pas encore assez économique pour être à la portée de tous. Fait marquant dans l’histoire de l’énergie, c’est désormais le cas : la baisse du coût de production des panneaux solaires et l’augmentation constante du prix de l’électricité conjugués font qu’il est désormais plus intéressant de produire de l’énergie pour la consommer soi-même. C’est ce que l’on appelle la parité réseau.

 

Un intérêt croissant des propriétaires

Les Français l’ont bien compris : 86% connaissent la possibilité de produire leur propre électricité, et 47% se disent prêts à investir *. Ces convictions sont suivies d’actes d’achat : 40 000 installations solaires ont été posées en 2017, et ce chiffre va doubler tous les deux ans pour les 10 années à venir.

 

Des incitations fiscales

Cette prise de conscience est facilitée des aides fiscales : les particuliers peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt, d’une TVA réduite à 5,5% et d’un éco-prêt à taux zéro. Une prime d’investissement s’ajoute à ces aides dans le cas où le particulier a fait le choix de revendre son excédent d’électricité au réseau. Ces aides sont conditionnées au fait que l’entreprise qui réalise ces travaux soit labellisée Reconnu Garant de l’Environnement (RGE).

 

Une réglementation ambitieuse dans le neuf

La réglementation thermique 2012 impose aux constructions neuves une limite de consommation énergétique. En 2020, la réglementation E+ C – ira plus loin : les maisons neuves devront produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment. Le solaire devient dès lors incontournable pour atteindre ces objectifs.

Données : Sondage Opinion Way pour Qualit’ENR du 28 avril 2016

 

Pour recevoir nos futurs articles traitant de l’autoconsommation, rien de plus simple.
Abonnez-vous à notre newsletter :

Photo en une : Des mains tenant une ampoule, allégorie de l’énergie électrique © Riccardo Annandale.